3 questions à Samuel Faure

Tous les mois, Atlansun vous propose le portrait d'un.e membre d'Atlansun au travers d'un interview. Samuel Faure, directeur d'Enercoop Pays de la Loire, s'est prêté ce mois-ci au jeu des 3 questions.

 

Pouvez-vous nous parler de votre métier au sein d’Enercoop [ndlr Directeur d’Enercoop Pays de la Loire], en quoi consiste-t-il ?

Depuis fin 2017, j'occupe une fonction de développement commercial pour Enercoop Nationale auprès des Professionnels et Collectivités de la région Pays de la Loire.
Il s'agit de vendre des contrats de fourniture d'électricité 100% renouvelable et coopérative, en approvisionnement direct et lisible auprès de producteurs d'énergie renouvelable exclusivement français (à la différence des offres "verdies" aux Garanties d'Origine que proposent de nombreux fournisseurs).
Depuis quelques mois, j'ai également pris en charge (aux côtés de nos administrateurs.trices bénévoles) la création de la toute nouvelle coopérative Enercoop Pays de la Loire.
Officiellement créée le 19 octobre 2018, elle est en pleine levée de fonds pour financer son développement. Nous accueillons notamment deux salariés en janvier 2019 pour démultiplier nos actions auprès des sociétaires, producteurs, prospects et clients.

Votre précédent poste, chargé de mission Transition énergétique, était à La CARENE, comment passe-t-on d’une collectivité à une coopérative ?

Mon passage en collectivité territoriale à la CARENE n'a finalement été qu'une parenthèse (passionnante) dans un parcours professionnel intégralement dédié aux EnR, et au solaire photovoltaïque en particulier, dans des sphères assez traditionnelles d'entreprises privées.
J'étais venu au projet coopératif Enercoop en 2014, d'abord en tant que sociétaire engagé, avec une quinzaine d'autres, dans le projet de création d'une coopérative régionale.
Incubée depuis 2015 sous forme associative, la coopérative a pu bénéficier d'un temps de maturation interne (formation des administrateurs.trices, principes de gouvernance partagée etc.) et mûrir sa structuration "politique", au contact notamment de partenaires associatifs comme ALISEE, ELISE, SYNERGIES ou EOLA - Eoliennes en Pays d'Ancenis, projets de parcs éoliens citoyens.
Comme dans une collectivité territoriale, c'est d'abord l'intérêt général qui guide les décisions de la coopérative, à travers une gouvernance multisociétariale, transparente et équilibrée.
La transition a ainsi été très naturelle pour moi, et elle correspondait à mes attentes en termes de valeurs éthiques, autour d'un engagement professionnel dans le développement local des EnR.

Quels sont les grands projets d’Enercoop sur la région ? Et quel est celui qui vous fait le plus « vibrer » et que vous souhaiteriez voir se réaliser ?

Malgré notre jeune âge, nous avons déjà deux grands motifs de fierté sur la région :
- le raccordement de Floatgen, la première éolienne offshore française au large du Croisic : elle alimente la coopérative depuis sa mise en service en septembre 2018, et permet de matérialiser la volonté d'innovation chez Enercoop, dans tous les champs : technologiques, mais aussi sociaux et environnementaux.
- le co-développement (avec Armorgreen) et la prochaine mise en service de la plus grande centrale solaire photovoltaïque citoyenne en autoconsommation de France, sur les toits du nouveau MIN de Nantes Métropole. Au-delà des contingences techniques, administratives et juridiques, le vrai défi a été de pouvoir répondre à la demande des élu.e.s de la métropole, en transférant la gouvernance d'un tel projet à un groupement de citoyens locaux. C'est bien là toute la valeur ajoutée d'Enercoop : peu d'acteurs auraient été capables de soutenir un tel développement pour en confier in fine les rênes à des citoyens locaux.
En règle générale, un projet citoyen ne se parachute pas : il émerge de la volonté et de l'opiniâtreté de groupes porteurs locaux (comme sur les parcs éoliens du pays de Redon, historiquement). Le tour de force ici, grâce à l'entremise de partenaires (localement, on pourra notamment citer CoWatt et l'association Alisée, mais aussi Energie Partagée au plan national), a consisté à identifier ces porteurs, les accompagner jusqu'à la levée des fonds propres et au rachat de la société de projet qu'ils exploiteront pendant les 30 prochaines années. Sans avoir de recours à une quelconque plateforme de crowdfunding, nous avons ainsi pu mobiliser l'objectif de collecte de 120 000 € en l'espace de 6 semaines, au cours d'une aventure passionnante allant de réunions publiques en apéros citoyens. Ce succès nous ouvre de magnifiques perspectives pour les prochains projets : on a malheureusement dû refuser du monde !

Le projet qui me ferait le plus vibrer ? Ils sont nombreux, un peu partout sur la région. J'ai malgré tout un attachement tout particulier pour la commune de Saint-Joachim, en Brière, qui n'en finit plus d'innover autour des EnR. 400 kWc d'ombrières, au développement desquels j'ai modestement contribué, sortiront bientôt de terre, autour d'un grand projet aérovoltaïque sur la nouvelle salle des fêtes (et ce n'est pas fini..).
La rencontre de Marie-Anne Halgand, Denis et Raphaël Saläun et Philippe Allais restera pour moi un grand souvenir de mon passage à la CARENE, et mon petit doigt me dit qu'on n'a pas fini d'entendre parler d'eux !

 

A propos d’Enercoop…

Depuis 2005, Enercoop est un fournisseur d'électricité 100% renouvelable, avec un positionnement très particulier sur le marché (le seul agréé ESUS - Entreprise Solidaire d'Utilité Sociale) :
La coopérative est détenue par ses sociétaires : principalement ses clients, mais aussi ses producteurs, des partenaires engagés dans la transition écologique et énergétique, des collectivités etc.


Elle ne poursuit pas de but lucratif, statutairement, la majorité des résultats est réinvestie dans la coopérative, mais vise un réel impact sur les territoires : production renouvelable évidemment, mais pas n'importe comment ! En tant que fournisseur, Enercoop accorde d'abord une importance particulière à la sobriété et l'efficacité énergétique des consommations. Ensuite, l'éthique financière, environnementale et sociale guide ses choix d'investissement et de partenariats : la transition énergétique est une aubaine pour nos territoires, et la décentralisation que permettent les EnR est une vraie chance pour mieux irriguer les économies locales.
Encore faut-il que les richesses ainsi créées n'échappent pas complètement aux acteurs locaux ! Enercoop est là pour ça : assurer une copropriété des moyens de production et fourniture d'énergie renouvelable, en reliant producteurs et consommateurs.

Si on doit résumer, Enercoop, c'est un peu la Biocoop de l'énergie :

  • des valeurs fièrement revendiquées, à l'origine d'un cahier des charges exigeant,
  • une traçabilité transparente et irréprochable, dans une recherche de circuit court,
  • enfin une proposition de sens et de cohérence globale pour ses clients.